Permis de copier ?

LoadingSauvegarder l'article dans mon Espace Membre

Tout apprentissage commence généralement par la copie

Elle nous donne l'envie de faire, de restituer des images qu'on aime. Elle nous donne l'impression qu'on peut arriver à atteindre un niveau qui nous ferait plaisir et, comme je le dis souvent, c'est le moteur de toute pratique artistique. Cette motivation nous permet d'avoir assez d'énergie pour entreprendre les étapes d'évolution, longues et parfois vraiment ardues.

Dans tous les domaines, copier est important pour assimiler, puis comprendre la logique de ce qui nous entoure.

Lorsque nous arrivons dans une nouvelle entreprise, nous recopions ceux qui étaient là avant nous, avant de passer par l'étape de l'assimilation de la logique de ce nouveau travail. Le mieux est de passer ensuite en phase d'appropriation personnelle du « langage » propre à cette société, de sa manière de fonctionner, afin de se sentir unique et utile dans son travail.

C'est, par exemple, la meilleure façon de s'intégrer à une équipe, à un pays jusque là inconnu, ou à tout autre nouvel environnement : D'abord en copiant, puis en analysant ses fondements ; pour enfin les faire siens et apporter sa propre valeur (et différence) à celui-ci.

Copier, qu'est ce que ça signifie ?

Prendre le travail d'un artiste comme exemple, car nous aimons ce qu'il fait, la vision du monde qu'il donne. On peut aussi se mettre à copier des photos, des ambiances sur le vif. La 1ère façon peut nous permettre d'apprendre à interpréter le réel, tandis que la 2ème nous met au défi de reproduire celui-ci. Le problème c'est que souvent on se cantonne à la copie et à la compréhension de celle-ci, souvent par peur de la difficulté (et la possibilité d'échec) de prendre son envol.

Dans un premier temps, on recopie émotionnellement (pour se faire plaisir), puis nous argumentons sur le fait de retenir « l'art et la manière de.. ».

Le véritable danger c'est de rester figé sur le modèle, de ne plus pouvoir en sortir, et par là-même ne plus évoluer dans la pratique. En art, cela nous porte à ne jamais vraiment essayer de trouver son style personnel, celui qui convient à notre façon d'Être, et à nos objectifs personnels. On ose pas apporter sa valeur individuelle.

Quelque soit la raison de cette stagnation de la pratique artistique, elle nous bride et nous empêche de voir plus loin, et souvent nous emmènent à l'arrêter complètement, par manque d'intérêt personnel. Et c'est là que ça devient aberrant !

Vous commencez par copier, par intégrer les dessins des autres, pour le plaisir de reproduire ces travaux qui vous font tant plaisir, puis… Vous perdez le plaisir à cause de cette même action ? La copie peut être très vite un cercle vicieux : on copie, on arrive à faire presque pareil, puis on s'auto-flagelle pour se dire qu'on est nul parce qu'on fait pareil qu'un autre ?!!

Puis on se dit « Bah, de toute façon je n'ai aucun talent, et puis c'est pas mon objectif dans la Vie ».

Pas mal. On vient de se prouver (sans autre argument) qu'on ne vaut pas la peine qu'on peut faire quelques efforts pour montrer notre propre interprétation du monde, bref Être Soi en s'exprimant sur le papier.

Le dessin est avant tout une manière ludique de préciser votre propre regard sur ce monde

… comme la décoration de votre chambre à coucher, la manière dont vous recevez vos hôtes chez vous, ou bien encore celle que vous adopterez pour élever vos enfants ou travailler dans l'entreprise qui vous embauche (ou la vôtre).

Ce que nous pensons reste à l'intérieur de nous, mais ce que nous faisons -et sommes capables de créer- construit notre image extérieure : la trace de ce que nous sommes dans ce monde. C'est une façon de construire notre confiance, le plaisir d'être Soi et de partager ses valeurs avec ceux qu'on aime.

Après bien des années à ne pas comprendre comment certains arrivaient à avoir cette confiance en Soi toute éclatante, je me suis rendue compte qu'en cultivant mon art je pouvais être réellement présente, ne plus avoir cette sensation désagréable d'inutilité.

Si vous aimez le dessin des autres et si vous voulez pratiquer, (et surtout si vous le faites en tant qu'Individu) vous gagnerez de la confiance, en même temps que le plaisir quotidien d'avancer et de Faire.

Recopier : oui, mais pour mémoriser puis réinterpréter

Les inconvénients :

  • Tourner en rond dans la cage qu'on s'est dessiné
  • Se dévaloriser
  • Rester dans la spirale « je ne suis bon qu'à ça »
  • Figer son style sur celui de quelqu'un d'autre

Les avantages :

  • Analyser et décortiquer ces travaux
  • Tester différents styles graphiques
  • Tester différents types de composition
  • Se mettre au défi de réaliser un dessin qui nous touche
  • Se donner un objectif

Prendre son envol, et dépasser le stade de la copie !

Quelques règles à garder en tête :

  1. Copier différents styles graphiques : pour construire sa propre technique
  2. Copier intelligemment : en comprenant les principes de chaque modèle
  3. Copier à partir de supports différents : photo, dessin, peinture, film... cela ouvre davantage l'esprit
  4. Réinterpréter un copie déjà faite : partir du modèle, pour en faire le vôtre (changer l'angle de vue, l'expression, le mouvement)
  5. Assembler plusieurs modèles : Coller différentes parties d'un même sujet, pour en faire le vôtre

Et Surtout, toujours copier en respectant l'auteur 🙂

→ Approfondir avec l'article : Comment booster sa créativité ?

Et vous ? Quelle est votre plus grande difficulté quand vous partez un modèle ? Partageons nos découvertes dans les commentaires !

Bientôt d'autres articles sur Grafibulle. Je vais publier ici 2 articles par semaine. Pour ne rien louper, abonnez-vous 🙂 Clic

 @ bientôt sur Grafibulle 🙂

Laisser un commentaire

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.